Forgeron et Coutelier



J’ai tapé sur une enclume pour la première fois à l’âge de 11 ans lors d’une fête médiévale et, après avoir roulé ma bosse dans différents métiers, j’ai décidé de me lancer pour de bon.

Totalement autodidacte, même si j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux maîtres forgerons qui m’ont beaucoup appris, je ne me repose pas sur mon savoir.

Chaque jour, dans ma forge, j’apprends !

Je teste, j’essaie, je réussi parfois, j’échoue souvent, mais j’apprends.


Forgeron


Le métier de forgeron existe depuis 5000 ans avant JC, et aujourd'hui on a perdu quasiment tout le savoir de nos ancêtres. Sans jamais pouvoir atteindre l’expérience et la science des Grands Forgerons de jadis, j’essaie de comprendre comment ils travaillaient, et comment ils donnaient naissance à toutes sortes d’objets à partir d’une matière totalement brute.

Car être forgeron c’est avant tout cela, c’est partir de rien, d’un simple bout de métal et le transformer, ou plutôt le transmuter pour en faire quelque chose de totalement différent. Maitriser la matière, savoir comment la plier, la dompter…

Et pour maîtriser le fer, il faut maîtriser le feu, et le temps ! Et devant toutes ces forces que nous offre la nature, il faut savoir être humble et se maitriser soi-même.


Coutelier


Un coutelier conçoit et fabrique des couteaux mais il ne transforme pas la matière. Il commande au forgeron ou à l’industriel les différentes pièces (lame, manche, rivet, filetage, étui…) et les assemble dans son atelier.

En tant que forgeron coutelier, je conçois et fabrique chacune des pièces qui composeront le couteau.

Depuis le métal brut qui, sous mes coups de marteau, devient une lame…

Depuis le bout de bois qui, entre mes mains, devient le manche…

Depuis le morceau de cuir, qui sous mon aiguille, devient l’étui…


La conception, la fabrication, l’assemblage, le polissage… tout !

Je fais tout de A à Z, pour que chaque couteau soit totalement unique et réellement fabriqué à la main.