Ma philosophie



Je considère le travail du forgeron semblable à celui de l’alchimiste.

Il ne suffit pas de taper sur du fer pour en faire un bon couteau, il faut bien sûr de la matière, du feu, mais aussi de la force intérieure, des émotions. Celles du forgeron !

C’est en faisant l’expérience de la matière, en attisant la forge avec mon propre feu intérieur et en chargeant émotionnellement les pièces que je crée des couteaux uniques et personnels.


Transformer la matière pour se transformer soi-même.


Car peu importe la matière travaillée, tout dépend du créateur. Suivant le moral, les préoccupations ou les sentiments du moment, on ne travaille pas de la même façon. C’est comme en pâtisserie, un jour, on réussi à la perfection un gâteau, et le lendemain, avec les mêmes ingrédients, le gâteau est différent. C’est une question d’émotions, d’énergies et de fluides.


La manière dont on travaille donne de la valeur à l’objet créé.


Je cherche à m’accomplir dans ce métier, à me rassembler entier. Je forge avec ce que j’ai de "bon" et parfois de moins bon, j’insuffle un souffle de vie dans l’objet pour donner naissance à un couteau unique.


Rien n’est jamais fait avec légèreté.


Je ne fais pas des couteaux comme un industriel qui enchaîne la fabrication au détriment de la qualité, je veux créer des pièces uniques pour des personnes uniques.